Licence : Contenu sous licence Creative Commons : attribution - pas d’utilisation commerciale - partage dans les mêmes conditions

Faut-il internaliser ou externaliser sa production de contenu web ?

Faut-il sous-traiter ou garder sa production de contenu en interne ?
Cette question, toutes les entreprises qui se lancent dans une stratégie de content marketing se la posent.

Et pour cause : sans production régulière de contenu de qualité, les résultats peuvent tarder à arriver.

Dans cet article, vous découvrirez :

  • les avantages et inconvénients de chaque solution,
  • les clefs pour réussir votre internalisation ou externalisation,
  • mais aussi, une troisième voie, adaptée aux petits budgets.

Nous explorerons les deux principales options qui s’offrent à vous pour réussir une production régulière de contenus web.

Cela ne signifie toutefois pas que les deux options sont excluantes : ce n’est pas nécessairement internalisation OU sous-traitance. Cela peut être un mélange des deux. Ou l’un, PUIS l’autre.

À vous de déterminer la solution la plus adaptée à votre entreprise.

Pour vous y aider, vous trouverez un outil d’aide à la décision en fin d’article.

Sommaire

Externaliser sa production de contenu

Ici, vous déléguez la rédaction de vos contenus éditoriaux à un ou une professionnel·le de la rédaction web.

Cette option est particulièrement adaptée aux entreprises qui n’ont pas les compétences en interne et ne peuvent pas – ou ne veulent pas – recruter.

Cela peut être pour des questions de budget ou simplement parce que vos besoins sont ponctuels.

Quand on parle d’externalisation de contenu, on distingue généralement 4 catégories de sous-traitants possibles :

  • Les agences spécialisées : c’est le type de sous-traitant le plus cher, mais également le plus souple.

En effet, elles peuvent assez facilement s’adapter à votre rythme de publication.

L’équipe peut également regrouper des spécialistes d’un type de contenu particulier : article de blog, livre blanc, rédaction pour LinkedIn… Ce qui peut présenter une véritable valeur ajoutée pour votre entreprise.

Toutefois, vous n’aurez pas toujours de contact avec le rédacteur en charge de vos contenus.
Vous serez probablement en relation avec un ou une chef·fe de projet, qui se chargera d’expliquer votre besoin à l’équipe.

Ce qui peut entraîner de la perte d’information.

De plus, en fonction des plannings, ce n’est pas toujours le même rédacteur qui va rédiger votre contenu. Cela peut se ressentir dans la tonalité.

  • Les indépendant·es : Moins cher que les agences, mais potentiellement moins souple.

Par définition, ils ou elles travaillent seules. Leur nombre de clients simultané est donc limité. Ce qui peut être un avantage pour vous, car cela vous offre une plus grande implication.

Vous disposez également d’un interlocuteur ou d’une interlocutrice unique. Sauf cas très particulier, ce sera toujours la même personne qui rédigera vos textes.

  • Les plateformes de rédaction : elles permettent aux freelances de trouver facilement des clients, sans avoir à prospecter.

Les tarifs sont généralement très intéressants, mais la qualité n’est pas toujours au rendez-vous. Elles sont habituellement prisées par les rédacteurs et rédactrices débutant·es.

En outre, avec certaines plateformes, il peut être compliqué de trouver de l’aide en cas de problème.

  • Les agences offshore :  la fausse bonne idée !

Souvent situées au Bénin ou à Madagascar, ces agences ont des tarifs défiants toute concurrence.

Toutefois, les rédacteurs et rédactrices n’ont pas toujours une bonne maîtrise de la langue française et les textes sont souvent rédigés au kilomètre.

Il y a également un plus grand risque de plagiat.

Ces deux dernières options sont à éviter si vous recherchez des contenus de qualité. En revanche, pour de la quantité, elles peuvent être des solutions intéressantes.

Les avantages

La sous-traitance présente les avantages suivants :

  • Vos contenus sont rédigés par des profesionnel·les de la rédaction. Selon les cas, ils peuvent également être rédigés par des expert·es de votre métier.
  • C’est un gain de temps pour vos équipes qui peuvent donc se concentrer sur des tâches plus en lien avec leur métier.
  • Ce gain de temps entraîne un gain de sérénité, car vos équipes ne sont pas confrontées à des tâches qu’elles ne maîtrisent pas toujours.
  • Les contenus rédigés intéressent réellement vos lecteurs et plaisent aux moteurs de recherche.
  • C’est l’assurance d’une production régulière : aucun risque que la rédaction de vos contenus passe à la trappe parce qu’il y a un dossier plus urgent à traiter.
  • Externaliser vous permet d’avoir un regard neuf sur votre entreprise et amener des nouvelles idées.
  • Un prestataire externe disposera probablement des outils que vous n’avez pas (notamment pour les optimisations SEO).
  • L’externalisation s’adapte à vos besoins : vos équipes de sous-traitants peuvent se dimensionner en fonction de l’évolution de vos besoins, ponctuels ou non.
  • Enfin, la sous-traitance est moins engageante sur le long terme pour votre entreprise qu’un recrutement.

Les inconvénients

Si l’externalisation de votre production de contenu présente de nombreux avantages, il y a tout de même quelques inconvénients :

  • Vous êtes dépendant·e de l’emploi du temps de votre prestataire (et les bons rédacteurs web freelance prennent peu de clients, car ils sont vite très occupés).
  • Vous n’avez pas forcément de moyen en interne pour vérifier la qualité du travail fourni.
  • La rédaction web est un terme qui regroupe un grand nombre de spécialités : rédaction SEO, copywriting, animation de communauté… Trouver le bon profil peut donc être ardu.
  • Il peut être complexe de savoir combien vous coûtera précisément l’externalisation, surtout si vous avez des besoins variables.
  • Selon votre secteur d’activité, il peut être difficile de trouver des rédacteurs qui maîtrisent votre domaine. Cela peut se ressentir dans les textes.
  • Au lieu d’aider vos équipes à monter en compétence, vous aidez un professionnel à renforcer les siennes
  • Vous êtes dépendant d’un prestataire externe. En cas d’indisponibilité, vous n’avez pas toujours de plan B et la production de vos contenus peut en pâtir.

Les différents coûts liés à la sous-traitance

Si certaines dépenses sont évidentes, l’externalisation induit tout de même quelques dépenses annexes comme :

  • le temps nécessaire à la recherche du bon profil,
  • le coût de la prestation (à noter que les différents frais annexes – comme les logiciels – sont assumés par le prestataire),
  • le temps passé à briefer le prestataire et à relire ses contenus, qui peut être plus ou moins long selon votre domaine d’activité,
  • l’achat de visuels ou la production graphique ou audiovisuelle pour illustrer les contenus textuels.
Attention :

Déléguer la rédaction de vos contenus présente un grain de temps non négligeable pour votre entreprise, mais vous ne pouvez pas vous contenter de refiler le bébé à un prestataire.

L’image de votre entreprise est en jeu. Il est donc essentiel d’assurer un suivi régulier du travail effectué.

Réussir son externalisation

Voici quelques clés pour réussir votre externalisation :

  1. Déterminez bien les contenus pour lesquels vous avez besoin d’aide et la fréquence de publication souhaitée.
  2. Choisissez le prestataire adapté à vos besoins. Ne prenez pas le moins cher, juste par qu’il est moins cher !
    Assurez-vous qu’il connaisse un minimum votre domaine d’activité et qu’il est bien compétent pour vos besoins.
  3. Entretenez-vous avec lui ou elle avant de signer quoi que ce soit.
  4. Prenez bien le temps de rédiger le brief : quelle que soit son expérience, elle ou il a besoin de bien connaître votre univers.
  5. Ne demandez pas les contenus du jour pour le lendemain (sauf si c’est un tout petit texte) : la qualité ne sera pas au rendez-vous.
  6. Faites des points réguliers et n’hésitez pas à demander à ajuster la méthodologie si celle-ci ne vous convient pas.

Il est essentiel que vous vous sentiez en confiance avec le prestataire.

Si vous voulez en savoir plus sur comment travailler avec un rédacteur web, je vous invite à consulter ma méthodologie de travail.

Internaliser sa production de contenu

Dans la suite de l’article, nous partons du principe qu’elle est confiée à une personne dont c’est le métier.

En effet, la rédaction des contenus web est trop souvent déléguée à un·e secrétaire de direction, ou à une personne « qui aime bien écrire ». Quand ce n’est pas à un·e stagiaire.

L’internalisation de votre production de contenu nécessite une réelle volonté de l’entreprise. Elle ne doit pas être portée que par le service communication/marketing, mais aussi par la direction.

Les avantages

L’internalisation présente les avantages suivants :

  • Vous tirez profit de votre expertise métier.
  • Vous maîtrisez l’intégralité de la chaîne de production de contenu, de la stratégie à la publication.
  • Cette stratégie s’avère moins coûteuse à long terme.
  • Si la rédaction est confiée à un·e non-spécialiste de la rédaction web, le risque est double : qualité moindre (et donc résultats plus durs à obtenir) et perte de temps (et potentiellement de motivation).
  • La personne ou l’équipe en charge de la rédaction ne travaille que pour vous, pas pour d’autres clients. Elle peut ainsi être plus réactive et plus souple.

Les inconvénients

Les principaux inconvénients liés à l’internalisation de votre production de contenu sont ceux propre à chaque recrutement :

  • Vos besoins doivent être suffisamment importants pour justifier un ou plusieurs postes.
  • Il peut être complexe de trouver les bons profils. Surtout si vous êtes dans un secteur d’activité très technique ou peu connu.
  • Le temps d’acculturation et de montée en puissance peut être plus ou moins long.

Réussir son internalisation

La clef d’une internalisation réussie est sans conteste l’adhésion de la direction générale à la stratégie. Elle garantit la pérennisation des postes sur le long terme.

Comme pour l’externalisation, il est essentiel de définir le plus précisément possible ses besoins, afin de bien dimensionner le recrutement. En fonction de vos ambitions, une seule personne peut ne pas suffire.

Prenez également le temps de bien lister les compétences dont vous avez besoin. En effet, on ne rédige pas de la même façon pour un article de blog que pour une fiche produit ou une publication Facebook. Chaque type de contenu a ses codes qu’il est important de connaître pour trouver les bonnes personnes.

Surtout, documentez vos process et votre stratégie. C’est le meilleur moyen d’assurer une continuité de la production en cas de départ ou d’arrêt de longue durée.

Le compromis : l’accompagnement à la montée en compétence

Cette solution consiste à se faire accompagner au lancement de votre stratégie de content marketing et à former vos équipes au fur et à mesure.

La montée en compétence pourra être assurée par le prestataire.

Cette formule peut être intéressante pour des entreprises au budget limité, car plus rassurante. L’investissement est peut-être plus important au début, mais celui-ci sera amorti dans le temps.

À noter que dans certains cas, la montée en compétence pourra être financée par votre budget de formation.

L’arbre décisionnel ci-dessous peut vous aider à choisir entre sous-traitance ou internalisation :

Quelle que soit la solution privilégiée, celle-ci devra être mûrement réfléchie. Prendre le temps de mûrir votre projet et affiner votre besoin vous garantira de trouver la formule qui vous convient le plus.

Si vous décidez d’externaliser votre production de contenu, ne regardez pas que le tarif du prestataire. Considérez son style, sa connaissance de votre métier (ou sa capacité à se former), sa méthodologie et surtout sa capacité à comprendre votre besoin et ceux de vos internautes.

En effet, la rédaction n’est qu’une toute petite partie du travail du rédacteur/rédactrice web, après un gros travail préparatoire.

Envie de déléguer la rédaction de vos contenus ?

Vous pensez que l’externalisation est la meilleure solution pour vous ?

Discutons-en
Retour en haut de page